Voici cinq erreurs courantes que les apprenants commettent – et comment les corriger…..

  1. Avoir un complexe

Pour apprendre, améliorer et vraiment utiliser votre langue cible, vous avez besoin de parler. C’est l’étape où les apprenants peuvent se sentir timides ou peu sûrs d’eux, avoir peur de la grammaire ou des mots mal prononcés. La peur de l’inadéquation professionnelle et du jugement peut également avoir un impact énorme.

La clé est peut-être un environnement d’apprentissage où l’erreur est acceptée et où la concentration sur les aspects positifs nourrit la confiance en soi. Il est conseillé de faire des petits pas «can-do »  en se concentrant sur les besoins réels de communication professionnelle

  1. Ne pas assez écouter

L’écoute est la compétence communicative que nous utilisons le plus, mais il peut être difficile de pratiquer à moins de vivre dans un pays étranger ou d’assister à des cours de langue immersive.

La solution ? Trouvez de la musique, des podcasts, des émissions de télévision et des films dans la langue cible, et écoutez, écoutez, écoutez, écoutez aussi souvent que possible. Essayez d’imiter ce que vous entendez.

  1. Une seule méthode

Les apprenants en langues qui utilisent des méthodes multiples ont l’occasion de pratiquer différentes compétences et de voir les concepts expliqués de différentes manières progressent mieux.

Pour l’auto-apprentissage, essayez une combinaison de manuels, de leçons audio et d’applications d’apprentissage des langues.

  1. Pensée rigide

Les linguistes ont constaté que les apprenants ayant une faible tolérance à l’ambiguïté ont tendance à se débattre avec l’apprentissage des langues et peuvent être désorientés et stressés dans une approche d’immersion.

Difficile de changer qui vous êtes ! Mais essayez les recherches rapides d’information et les exercices de résumé rapide de vidéo ou de texte.

  1. Un manque de curiosité

Dans l’apprentissage des langues, l’attitude peut être un facteur clé dans la façon dont un apprenant progresse et quelqu’un qui s’intéresse à la culture et à la langue cible aura plus de succès dans ses études de langues.

Soyez curieux ! Remettez tout en question !

Encore plus près

L’aeroport de Rennes annonce qu’à partir du 26 mars Easyjet volera entre Lyon et Rennes avec 4 rotations par semaine.

  • Departs de Lyon-Saint Exupéry les lundis, mercredi, vendredis à 11h30 (arrivée à 12h55) et le dimanche à 13h40 (arrivée à 15h05)
  • Departs de Rennes tous les lundis, mercredi, vendredis à 13h30 et le dimanche à  15h40 (arrivée à 17h20).

Parfait pour un weekend en immersion chez English Performance Coaching en Bretagne! Prenez le temps d’un weekend pour devenir opérationnel par rapport à vos besoins professionnelles, retrouver la confiance et de vous remotiver pour progresser en anglais.    

La demande évolue

Des formations plus contextualisées

Le monde de la formation a beau être révolutionné par l’arrivée des nouvelles technologies, les attentes des salariés évoluent peu.  Il n’existe pas de changement radical mais nous constatons que les salariés formulent des demandes de plus en plus orientées vers l’anglais professionnel.  Les formations pour apprendre à gagner en aisance à l’oral ou maîtriser les règles de grammaire afin d’améliorer son niveau global sont moins prisées. Les cadres sont plus friands des cursus opérationnels, notamment à l’occasion de sessions intensives ou de stages en immersion, permettant de se concentrer sur des faits de langue ciblés.

Interview in English? No panic!

You have an interview scheduled for a really amazing job but you are worried that your English might not be up to scratch?

Here are my top tips to convince a recruitment officer that you are really going to progress in English

  1. Don’t be a defeatist! A little can-do attitude goes a long way in an interview.
  2. Elaborate a self- access training program, and start it before your interview. There are lots of free resources on the internet with study programs and of course streaming for TV and films. Be ready to explain what you have already achieved and your objectives
  3. Try an immersion course to boost both your level and your confidence.
  4. Find yourself a good language coach who can accompany you with your learning program and help you to prepare for your interview.

Entretien en anglais? Pas de panique

Comment convaincre un recruteur qu’on va progresser en anglais ?

Vous avez le poste de vos rêves en ligne de mire, mais votre niveau en anglais ne suit pas ? Il est temps de mettre en place un plan d’action pour y remédier… Voici plusieurs arguments qui vous permettront de montrer au recruteur que vous avez décidé de vous investir à fond avant votre prise de fonction !

Cette fois ça y est, vous avez trouvé le job qu’il vous faut ! Seulement voilà, l’entreprise possède une filiale à l’étranger qui vous obligera à parler en anglais sur des sujets techniques et vous pensez ne pas avoir le niveau. Tout n’est pas perdu ! Pour Jean-Christophe Thibaud, fondateur du cabinet Lectia, dans ce genre de situation, la première chose à faire face au recruteur est de vous montrer sûr de vous. « Assumez votre faiblesse : de cette manière, vous montrez que vous vous connaissez et que vous savez ce qu’il faut faire pour la gommer. » Cela pourrait également vous donner une chance de repousser un éventuel test de langue et de vous offrir un sursis si votre profil plaît.

Présenter un programme au recruteur

Plusieurs options s’offrent alors à vous pour convaincre le recruteur de votre implication dans votre développement linguistique. Première piste proposée par Christina Rebuffet-Broadus, coach en communication en anglais professionnel : « mettre au point un programme personnalisé, à commencer si possible avant l’entretien, pour le montrer à votre interlocuteur le jour J. Il constatera que vous êtes d’ores et déjà sur le front. » Une heure d’e-learning au quotidien, une dizaine d’heures de cours hebdomadaire par téléphone axées sur l’anglais professionnel, des podcasts et/ou la TV en anglais le soir… Un degré élevé de proactivité vous aidera sans aucun doute à convaincre davantage votre interlocuteur.

Mettre en avant une formation ou un coaching

Autre possibilité, suivre une formation en France ou en immersion à l’étranger. Comme le précise à son tour Michael Balke, directeur de l’institut Business Talk Formation : « Il est impératif d’indiquer au recruteur que vous serez capable de communiquer en anglais dans le cadre de la fonction une fois dans son entreprise. Vous ne l’avez peut-être pas pratiqué depuis un certain temps, mais il vous est possible de réactiver rapidement vos connaissances.. »

S’il n’est pas toujours réalisable de partir à l’étranger, « aujourd’hui avec une simple connexion Internet, il est quasiment possible d’être en immersion », assure Christina Rebuffet-Broadus. Vous pouvez également faire appel à un coach ou un répétiteur professionnel.

La preuve par les chiffres

Puisque les recruteurs aiment les chiffres, Christina Rebuffet-Broadus propose « de réaliser un test avant votre préparation puis un autre après pour avoir un score et des résultats concrets à présenter. » Si le TOEIC reste une référence, « privilégiez plutôt les examens de Cambridge comme le BULATS qui possèdent une méthode plus complète d’évaluation ainsi qu’une gamme d’examens axés sur « le business English ». » Vous pouvez aussi faire un test BLISS Bright qui est plus souple à mettre en place car « on-line » avec une partie orale par téléphone.

 

Cadremploi – Benjamin Dusaussoy